Le 3ème pilier: Respectez votre équilibre Acido-Basique.

« Que ton aliment soit ta seule médecine ! »
Hippocrate (-500 AJC).

Si vous prenez l’eau d’une piscine, pour éviter que cette eau ne tourne et ne devienne toute verte, pleine d’algues, vous testerez son pH (potentiel hydrogène) et veillerez à ce qu’il reste le plus près possible de la neutralité, à savoir un ph égal à 7.

Si le pH de cette eau descend en dessous de 7 nous dirons que le milieu devient acide, il sera alors en acidose et si le pH monte au-dessus de 7, nous dirons alors qu’il devient basique ou alcalin et que ce milieu sera en alcalose.

Telle est la règle de l’équilibre acido-basique d’un milieu, quel qu’il soit.

 Tout ce qui existe, tout ce qui EST dans notre Univers est régit par cet équilibre.

Et bien sûr, il en est de même pour notre pH cellulaire ou intestinal.

Afin que vous compreniez bien l’impact de cet équilibre sur notre propre système, j’utiliserai une métaphore.

 

Imaginez un bassin dans lequel vivent des poissons. Tant que cette eau reste équilibrée, les poissons vivent heureux et en bonne santé. Par contre si vos enfants, ces petits coquins, versent un peu de vinaigre de temps en temps dans l’eau du bassin, cela associé à la chaleur et à l’eau stagnante, le pH de cette eau commencera à descendre pour devenir acide. Ce faisant, l’eau va se troubler, les algues vont commencer à se mettre en place, les poissons commenceront à avoir du mal à s’adapter et vous finirez par les trouver flottants, le ventre en l’air, morts. Ils n’auront pas survécu à la baisse du pH de leur environnement direct, l’eau.

Il en est de même pour notre corps. Nos cellules baignent dans du liquide et pour qu’elles puissent vivre pleinement leur vie, ce milieu doit impérativement rester équilibré. Il ne doit jamais descendre en acidose.

Si cela n’est pas le cas, ces cellules commenceront à dysfonctionner du fait de la propriété inflammatoire agressive des acides et cela aura pour conséquence d’entrainer une inflammation globale cellulaire qui sera à l’origine de quasiment toutes les pathologies dites de civilisation, c’est à dire de notre époque.

Nous commencerons donc à avoir des pertes de cheveux, une fragilité osseuse, de l’ostéoporose, des douleurs articulaires, musculaires, tendineuses à répétition, des brûlures d’estomac, des crampes, des tremblements. Mais cela générera aussi des problèmes O.R.L, des cystites, des colites et quant à vous, mesdames, cela vous amènera directement vers de la cellulite (qui n’est rien d’autre qu’une inflammation cellulaire associée à un trouble de la vascularisation).

Nous comprenons aisément que la capacité d’adaptation d’une personne vivant tous les jours de tels maux sera loin d’être optimale.

 

Le problème est que nous sommes tellement habitués à souffrir de ces petits troubles au quotidien que cela devient pour la plupart presque normal. Mais cela ne l’est pas !

Nous n’avons pas été conçus pour souffrir !

 

Rappelez-vous, nous sommes une machine parfaite, une « Formule 1 », une Ferrari !

Si nous ne le sommes plus, à nous de faire en sorte de le redevenir.

Mais pour cela nous devons savoir ET comprendre comment nous fonctionnons.

 

Revenons donc à cet équilibre Acido-Basique, une des clés miraculeuses de notre vie.

 

Notre corps, comme toute chose vivant sur cette planète est programmé pour vivre dans un parfait équilibre et ne tolérera que de très faibles écarts en amont ou en aval de ce pH neutre de 7.

 

Mais comment tout cela fonctionne t’il réellement ?

 

Notre sang possède un pH qui doit rester IMPERATIVEMENT compris entre 7.32 et 7.42. Tout dépassement dans un sens comme dans l’autre aura des conséquences dramatiques sur notre vie. En fait, si le pH de notre sang va au-delà de ces limites, nous mourrons.

Notre urine, quant à elle, devra avoir un pH situé entre 6.8 et 7.5 (plus nous serons au-dessus de 7 mieux cela sera).

Mais notre système digestif lui aussi possède un pH qui devra rester alcalin. La normalité pour notre espèce est de 7.4.

Nous parlons là de l’espèce humaine car pour un animal carnivore tel que le lion, le tigre, le chien ou le chat, son pH devra rester vers 6.5, les protéines animales ne pouvant être digérées qu’en milieu acide.

Que nous soyons Européens, Asiatiques, Africains ou Sud-Américains, notre pH doit toujours être situé vers 7,4.

Le problème est que notre vie de tous les jours, le stress et ses pensées négatives, la fatigue, l’âge, trop ou pas assez de sport, le manque de sommeil, le tabac, les médicaments et surtout, plus que tout, nos modes alimentaires nous amènent inéluctablement en acidose.

cake-1166447__180

Ce phénomène s’est largement accéléré depuis soixante-dix ans environ, en fait depuis la fin de la seconde guerre mondiale en 1945 avec notamment l’industrialisation de l’alimentation.

 

Lorsque nous amenons trop d’acides dans notre corps (acide lactique, acide urique, acide cétonique…) celui-ci, afin de maintenir un pH sanguin entre 7.32 et 7.42 alcalin, mettra en place un système tampon.

 

Il s’agit là d’un principe de base en chimie voulant que pour neutraliser un acide nous devons le tamponner avec une base. Un peu comme le « moins » et le « plus » qui s’annulent ou comme le « Yang » qui viendra atténuer le « Yin ».

 

Pour pouvoir tamponner donc nos acides, notre biologie ira chercher des minéraux basiques là où elle pourra et ceux-ci se trouvent principalement dans nos cheveux, nos ongles, nos os, nos muscles et plus que tout, dans nos ligaments. Ce sont principalement le Fer, le Calcium, le Potassium, le Magnésium.

C’est ainsi que nous commencerons à perdre nos cheveux, à nous déminéraliser, à avoir des tremblements, des douleurs musculo-tendineuses (tendinites) mais aussi nous verrons apparaître des problèmes dermatologiques à type de dartres ou d’eczéma sec, de la déprime ou une fragilité dentaire.

 

Dressons ensemble une liste de pathologies dues à un excès d’acidité dans l’organisme.  Cette liste n’est pas exhaustive car elle serait interminable, mais il s’agit là des maux les plus répandus dans notre monde occidentalisé. Si vous vous retrouvez dans certains, il est temps pour vous de modifier votre pH.

  • Nervosité, irritabilité,
  • Déprime, dépression,
  • Frilosité,
  • Baisse du système immunitaire,
  • Démangeaisons ou brûlures anales,
  • Colites chroniques,
  • Sinusites, migraines, maux de tête, rhumes chroniques, otites, bronchites,
  • Brûlures d’estomac, ulcères,
  • Aphtes,
  • Arthrose, arthrite, ostéoporose, rhumatismes, tendinites,
  • Fatigue, manque d’énergie et jambes lourdes,
  • Crampes musculaires, tremblements,
  • Sciatiques, rachialgies,
  • Problèmes de peau (boutons, eczéma, herpes…),
  • Varices,
  • Calculs rénaux et vésicaux,
  • Perte de cheveux

 

Enfin, n’oublions pas qu’un excès d’acides favorisera une inflammation cellulaire, terrain propice à la mise en place des processus cancéreux de l’organisme.

 

Mais encore une fois, tout cela n’est pas inéluctable ou permanent.

Nous avons la capacité, quels que soient nos maux, quel que soit notre âge de pouvoir modifier cela.

 

Tout d’abord en luttant contre le stress et les pensées négatives (d’où l’intérêt des exercices respiratoires vus précédemment) qui aura un impact sur notre sommeil, mais aussi en faisant un minimum de sport, en essayant de diminuer les prises médicamenteuses, en diminuant (si vous ne pouvez pas la supprimer) la consommation de tabac, mais surtout plus que tout, en modifiant vos habitudes alimentaires.

 

Alors pour bien faire, quelles sont donc ces modifications à mettre en place ? Quels sont les bons et les mauvais aliments ?

 

J’ai une excellente nouvelle. Il n’y a pas de bons ou de mauvais aliments. Il y a juste certains aliments qui doivent impérativement être diminués dans vos assiettes (les acidifiants) et d’autres qui doivent être augmentés (les alcalinisants).

 

Pour faire simple, une alimentation équilibrée se fera avec un apport d’environ 60% d’aliments alcalinisants.

La difficulté vient du fait que de nos jours nous avons toutes et tous une alimentation acidifiante à quatre-vingt pour cent.

 

Voyons donc ensemble la liste des aliments Acidifiants…

 

  • Les protéines animales (viandes, poissons, œufs, produits laitiers) car ceux-ci favorisent le stockage d’acide urique,
  • Les légumineux (protéines végétales),
  • Les graisses animales ou végétales en excès,
  • Les céréales complètes ou raffinées ++ telles que le blé, le son, l’avoine…
  • Le sucre blanc raffiné présent dans les sodas, les sucreries, les pâtisseries et dans la plupart des plats industrialisés,
  • Les eaux gazeuses
  • Le café et le thé (à l’exception du thé vert alcalinisant), et le cacao,
  • Certains légumes tels que les tomates, les épinards cuits, l’oseille, le cresson.
  • Les vinaigres et les condiments tels que les cornichons, les câpres,
  • Les agrumes en général, surtout l’orange (le jus d’orange tous les matins est un véritable acide pour notre corps),
  • Certains fruits tels que le kiwi, le fruit de la passion, l’ananas et les fruits rouges.
  • Les cacahuètes, les noisettes.
  • Les abricots secs.

… et celles des aliments Alcalinisants.

 

  • Les légumes verts (sauf les épinards cuits),
  • Les sucres de fruits tel que le fructose,
  • Les légumes colorés tels que la carotte, la betterave, à l’exception bien sûr de la tomate (surtout cuite),
  • Les fruits en général avec les figues, les poires, les pommes douces, les bananes +++, les pèches, les melons, la pastèque, les châtaignes, les dattes,
  • Le citron lorsqu’il est mélangé à de l’eau et au contact de l’amylase salivaire.
  • Les fruits secs à l’exception de l’abricot,
  • Les amandes +++ et certains oléagineux tels que certaines noix à l’exception des noisettes et des cacahuètes.
  • Toutes les courges,
  • Les eaux de source en général
  • Et surtout, les plus alcalinisants d’entre tous que nous devrions consommer sans modération (mais d’une certaine façon que nous décrirons dans le prochain chapitre), la pomme de terre et la patate douce.

 

Vous désirez changer et impacter cet équilibre précaire, vous devez tenir compte de ces aliments.

 

Vous souhaitez manger une salade de tomates, ajoutez-y de l’avocat ou des concombres.

C’est une protéine qui vous tente ? Pas de problème, à condition qu’elle ne soit pas accompagné de pâtes mais d’une assiette de légumes !

 

« Tamponnez » les aliments à l’extérieur afin que votre corps ne soit pas obligé de le faire ensuite.

Vous souhaitez faire des excès régulièrement, No problem, faites de temps à autres une petite cure de Minéraux alcalins en compléments sous forme de citrates (Magnésium, potassium, calcium).

 

S’il est pour moi un chapitre fondamental dans la gestion de son corps et de sa santé, c’est celui de l’équilibre Acido-Basique. Alors ouvrons les yeux, prenons conscience du mal que l’on peut se faire et que nous sommes responsables de ce que nous mangeons et décidons de changer les choses.

Inscription Newsletter
Recevez gratuitement un extrait de mon livre "Alors...Changeons!"
intitulé: "Les 4 règles qui ont changé ma vie !"

 
Recherches utilisées pour trouver cet article :chaleur et terrain acido basique

1 réflexion sur « Le 3ème pilier: Respectez votre équilibre Acido-Basique. »

  1. Article vraiment vraiment intéressant que je vais essayé d’appliquer tout de suite.
    Je suis vraiment ravie de t’avoir rencontré ton blog et ta page Facebook sont une vraie mine d’or

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *