Benki Piyako et les Ashaninkas, les gardiens de notre Terre.

J’aimerai vous raconter dans cet article une histoire.

Celle des peuples premiers, les Ashaninkas, une tribu qui descend des Incas et qui se répartit en Amazonie entre le Pérou et le Brésil.

L’histoire de quelques hommes appelés «les guerriers-gardiens de la forêt» qui vouent leur vie entière à défendre le « poumon » de notre planète en sachant que si celui-ci se meurt, c’est in-fine toute vie sur la planète qui disparaitra.

Moi qui suis un fan de Game Of Thrones, je qualifierais ces hommes de « Guerriers du Mur », la « Garde noire » qui protège le monde de l’armée des morts.

Cette métaphore étant posée, à la tête de ce peuple, un homme d’exception !

Appelé le « Dalaï Lama de l’Amazonie », Benki Piyako, un Chaman Guérisseur dont j’avais déjà entendu parlé par un ami proche de lui, Jean-François.

Benki est à la fois un chef spirituel et un éveilleur de conscience.

Ayant voué toute sa vie à la forêt, à sa préservation, il se bat aujourd’hui pour préserver ce joyau des enjeux économiques, commerciaux qui se font au détriment de la nature, de l’écosystème, de l’environnement.

Il est la Voix des indiens d’Amazonie, gardiens des savoirs ancestraux et porte le combat des peuples indigènes pour le droit à la terre, à la culture … à l’existence.

Quelques chiffres :

De nos jours, ce sont plus de 45 milliards de m2 de forêt détruits chaque année en Amazonie. Ce sont des rivières entières complètement détruites par les polluants industriels avec un impact majeur sur des milliers d’espèces qui disparaissent à chaque instant.

Mais ce sont aussi, grâce au nouveau gouvernement Brésilien des peuples qui se voient retirer le droit à la propriété, le droit d’être soignés et surtout qui se voient interdire le droit d’être scolarisés et d’étudier.

Le combat des Ashaninkas et de Benki ne se porte donc pas que sur l’environnement mais aussi sur les droits de l’homme DANS son environnement.

Réprésentant la Ligue Mondiale pour le Droit au Bonheur, il m’était impossible de ne pas réagir et de ne pas écrire cet article, sachant que le rôle de la Ligue est justement de permettre le Droit au Bonheur À TOUT ÊTRE VIVANT. Cela sous-entend de végétal comme d’animal.

 

Benki parcoure le monde, les ministères, les parlement, l’ONU, les G7 et est la Voix de la Conscience.

Cette conscience que nous ne faisons qu’UN avec cette Terre qui nous héberge et nous nourrit. Que cette Terre, ces forêts vivent grâce au CO2 que nous fournissons MAIS que nous ne pouvons vivre que grâce à l’Oxygène qu’elle nous fournit au travers de sa flore et à la nourriture qu’elle nous apporte.

A l’origine d’actions qui devraient être un modèle pour nous tous telles que la plantation de plus d’un million d’arbres pour lutter contre la déforestation, la création d’une école des « savoirs de la forêt », l’ouverture d’un supermarché solidaire où les clients paient leurs achats en rapportant déchets plastiques et cannettes d’aluminium, Benki Piyako a reçu en 2004 le prix national pour la défense des droits de l’homme au Brésil.

Mon message au travers de cet article est que ce travail réalisé par ces hommes devrait être celui de nous tous individuellement.

Comme le dit si bien Benki que j’ai eu la chance et le privilège de rencontrer à Genève, replanter et réparer n’est qu’un emplâtre sur une jambe de bois (Un hectare par an contre 45 millions détruits). Le plus important est d’éveiller les consciences. Tant des politiques que de monsieur et madame tout le monde.

Alors certains parmi vous me dirons : Oui … mais comment ?

Peut-être par exemple que si nous achetions moins de fruits et légumes (tels que Avocats du Brésil) « farcis » d’une quantité astronomique de pesticides qui détruisent toute vie tant au niveau de la production que par leur effet néfaste sur notre santé, à la longue cela deviendrait « impactant ».

Rappelez-vous le principe de Pareto. 20% de nos actions impactent 80% de notre vie.

Alors changeons un peu nos habitudes de vie et participons à 80% à créer un monde meilleur et à rendre notre Terre Mère plus belle et en meilleure santé.

https://www.youtube.com/watch?v=FYTl_X5PGm8

 

Inscription Newsletter
Recevez gratuitement un extrait de mon livre "Alors...Changeons!"
intitulé: "Les 4 règles qui ont changé ma vie !"

 
Recherches utilisées pour trouver cet article :benki piyako

2 réflexions sur « Benki Piyako et les Ashaninkas, les gardiens de notre Terre. »

    1. Bonjour Béatrix,
      Merci pour cet article qui permet de mettre un peu plus en avant le fabuleux travail de Benki et des Ashaninkas.
      Au plaisir de se rencontrer dans le genevois 🙂
      Sylvère

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *