Cinq choses à savoir pour vivre heureux et sans douleurs.

woman-570883_960_720

Lors de mes nombreuses années à pratiquer la Kinésithérapie ou ensuite l’Ostéopathie, les patients venaient consulter principalement pour des douleurs musculaires ou articulaires.
Nous avons une approche de la médecine en occident que l’on pourrait qualifier de « médecine du comment ».
Quelqu’un souffre de migraine ? Comment faire pour supprimer la  migraine ? En lui donnant des anti-migraineux.
Quelqu’un souffre d’un lumbago ? Comment faire pour supprimer la douleur ? En lui donnant des antalgiques.
Quelqu’un n’arrive pas à dormir ? Comment faire pour lui faire retrouver le sommeil ? Lui donner des somnifères.
Bref, nous allons toujours chercher le « comment » !

Il en est de même en formation.
Quelqu’un vit du stress au travail ? Comment faire pour lui permettre de mieux le gérer ? Lui donner des outils pour cela.
Quelqu’un se positionne mal ? Comment faire pour que ses positions soient bonnes ? Le former au geste et à la posture.
Quelqu’un vit des conflits avec ses collaborateurs ? Comment améliorer la situation ? Lui apporter les bases d’une bonne communication.
Etc …

Nous pourrions continuer ainsi en citant d’innombrables exemples.

Nous allons toujours chercher le « Comment » faire pour apporter la solution.

Or l’important n’est pas de savoir le « Comment » !
L’important est de comprendre le « Pourquoi » !

Pourquoi souffre t’elle de migraines ?
Pourquoi a t’il des lumbagos ?
Pourquoi n’arrive t’il pas à dormir ?

Je suis toujours parti du principe que lorsque l’on prenait conscience du « Pourquoi », un grand pas vers une amélioration était réalisé. Continuer la lecture de « Cinq choses à savoir pour vivre heureux et sans douleurs. »

L’hydratation: de vraies fausses croyances !

Durant des années en tant que Physiothérapeute et Ostéopathe, j’ai tenté de faire comprendre à mes patients d’abord puis à mes stagiaires, combien il était important d’hydrater notre corps.

Je passais mon temps à expliquer comment boire pour que cette eau soit la mieux assimilée par notre corps.

Je comparais même notre corps à une plante en citant une étude réalisée pour le Grenelle de l’environnement.

Cette étude mettait en avant que quatre vingt dix pour cent de l’eau consommée pour l’agriculture dans le monde était gaspillée pour la simple raison que la nuit les plantes « s’endorment » (léthargie) et ne peuvent pas absorber l’eau présente dans la terre. Seuls dix pour cent de cette eau présente au petit matin dans la terre (le reste s’en est allé dans les nappes phréatiques) peut être absorbée par la plante qui s’éveille.

Ainsi donc, si nous arrosions nos plantes et cultures au petit matin, nous gaspillerions beaucoup moins d’eau.

Cette étude très sérieuse, mise en avant par les écologistes et par Nicolas Hulot en tête a changé durant un temps la vision que j’avais de l’hydratation.

J’expliquais durant cette période que nous sommes comme les plantes. Nous sommes différents certes, mais comme les plantes nous vivons, nous respirons et surtout, nous dormons.

Ainsi, si nous hydratons notre corps surtout en fin de journée, après le travail (pour ne pas aller trop souvent aux toilettes car c’est compliqué quand on travaille !) et que par la suite notre corps s’endort, il n’est pas étonnant qu’une grande partie de cette eau ne soit pas retenue et que l’on aille une ou plusieurs fois par nuit faire un petit tour en direction des toilettes.

Par contre, il paraissait évident qu’en buvant durant la première partie de la journée, cette précieuse eau puisse être bien plus intégrée, absorbée par notre corps éveillé.

Il est certes vrai que nous ne gardons pas la même quantité d’eau selon l’heure de la journée à laquelle nous l’absorbons et que la meilleure eau que nous puissions boire est celle du premier verre du matin.

Cependant, il y a quelques années de cela, je pris conscience que j’étais dans l’erreur la plus totale lorsque je me rendis compte que bon nombre de régions dans le monde étaient privées d’eau courante et que cependant leurs habitants restaient bien hydratés. Continuer la lecture de « L’hydratation: de vraies fausses croyances ! »

1er Pilier: Nos aliments nous hydratent !

orange-275977__180

Il y a quelques jours, je vous parlais des CINQ piliers fondamentaux de l’alimentation.

Parlons aujourd’hui du premier, l’apport hydrique des aliments.

 

Nous le savons tous, notre corps est constitué à plus de soixante-dix pour cent d’eau.

Or nous passons notre temps à avaler notre salive (10 % de notre temps de vie), à transpirer, à aller aux toilettes faire « pipi » ou encore à avoir le système lacrymal en action afin de pouvoir hydrater les yeux (voire pleurer lorsque l’on voit un film triste ou lorsque l’on fait de la moto). Et, il y a celles ou ceux qui transpirent plus que d’autres (les sportifs), qui salivent plus que d’autres (les gourmands), qui urinent plus que d’autres ou encore celles ou ceux qui vont voir des films tristes en moto plus souvent que d’autres. Bref, nous perdons tous, en moyenne, entre un litre et un litre et demi d’eau par jour. Continuer la lecture de « 1er Pilier: Nos aliments nous hydratent ! »

Nos 3 premiers besoins fondamentaux, les piliers de notre vie !

 

 

Je respire, je vis !

Je ne respire plus (quatre à cinq minutes), je ne vis plus !

Je respire bien, je vis bien !

Je respire mal, je vis mal !

 

Je m’hydrate, je vis !

Je ne m’hydrate plus (quatre à cinq jours), je ne vis plus !

Je m’hydrate bien, je vis bien !

Je m’hydrate mal, je vis mal !

 

Je m’alimente, je vis !

Je ne m’alimente plus (quatre à cinq semaines sans apports de nutriments), je ne vis plus !

Je m’alimente bien, je vis bien !

Je m’alimente mal, je vis mal !

 

La respiration, l’hydratation et l’alimentation. Tels sont nos trois PREMIERS besoins fondamentaux ! Continuer la lecture de « Nos 3 premiers besoins fondamentaux, les piliers de notre vie ! »

Recherches utilisées pour trouver cet article :3 besoins fondamentaux