Les 4 Accords Toltèques, une perle à découvrir.

Si vous faites partie des rares personnes à être passé à côté de ce petit bijou, cela ne pouvait pas durer.

Une discussion récente en formation sur la Gestion du Stress m’à fait prendre conscience qu’il m’était impossible de ne pas parler de ce petit livre extraordinaire qui a hautement participé à changer ma vie.

Le livre:
Les Quatre Accords toltèques, la voie de la liberté personnelle de Miguel Ruiz 
(Jouvence, “Poches”, 2005).

Les Quatre Accords toltèques (titre original, The Four Agreements) de Don Miguel Ruiz (Chaman de son état), est un best-seller d’une centaine de pages publié en 1997 aux États-Unis et magnifiquement traduit pour les éditions Jouvence en 1999 par Olivier Clerc (qui à été disciple de Don Miguel Ruiz).

Ce petit livre s’est déjà vendu à plusieurs millions d’exemplaires dans le monde et dès sa sortie dans l’hexagone à été un véritable succès.

Pourquoi ?

Tout simplement parce qu’il se lit très facilement et nous énonce des vérités que nous avons oublié.
A chaque page, chaque évidence, nous nous surprenons à dire: « whaoua … mais c’est évident !!! »

De quoi s’agit-il ?

Don Miguel Ruiz nous propose de passer avec nous-même, quatre accords visant à briser nos croyances limitatives, ces croyances que nous développons depuis l’enfance, qui déforment la réalité et nous maintiennent dans la souffrance.
À force de « domestication » (comme le dis si justement Don Miguel Ruiz) sur ce qui est bon ou mauvais, vrai ou faux, beau ou laid, et de conditionnements personnels tels que « Je dois être gentil », « Je dois être aimable », « Je dois être poli » …,  nous intégrons au fil du temps une vision erronée de nous-même et du monde qui nous entoure.

L’immense succès de ce petit bijou vient du talent de l’auteur (et de son traducteur Olivier Clerc) qui a su expliquer ces quatre accords avec des mots simples et des cas concrets.

Nul besoin d’être un as du développement personnel pour les mettre en pratique. Tout le monde peut très facilement le faire.

La force de ce livre ? Quelques mots, faciles à retenir et qui, lorsqu’on les applique peuvent littéralement changer la vision que nous avons de la Vie.

Les quatre accords toltèques : La voie de la liberté personnelle

Que votre parole soit impeccable

« Parlez avec intégrité, ne dites que ce que vous pensez. N’utilisez pas la parole contre vous ni pour médire d’autrui ». 

Pour Don Miguel Ruiz, la parole est un outil qui peut construire une vie ou au contraire la détruire.
Elle peut être tout à la fois un cadeau ou une flèche empoisonnée.
Il nous rappelle que le verbe à un pouvoir énorme sur notre psychisme et qu’il peut marquer et transformer une vie à tout jamais.

« Dites à un enfant qu’il a du surpoids et il se « sentira » gros toute sa vie ».

Comment avoir la parole impeccable ?

En étant modéré dans ses propos tant vis à vis des autres que de soi-même. Surtout vis à vis de soi-même !!!

Les critiques et les jugements que nous passons sans cesse à émettre sur autrui, mais surtout et avant tout les habituels « Je suis nul », « Je suis incapable » ou « Je ne suis pas beau » que nous entretenons trop souvent à notre encontre et qui sont des paroles négatives qui polluent notre mental. Or, celles-ci ne sont que des images erronées en réponse à ce que nous pensons que l’autre ou le monde attend de nous.

Nous prenons conscience que ce premier accord est d’une puissance extraordinaire car lorsque nous changeons nos paroles, c’est toute notre vie autour de nous qui change.

N’en faites jamais une affaire personnelle

« Ce que les autres disent et font n’est qu’une projection de leur propre réalité. Lorsque vous êtes immunisé contre cela, vous n’êtes plus victime de souffrances inutiles ». 

Les paroles et les actes de la personne qui est en face de nous ne nous concernent pas en propre. Ce ne sont que les paroles et les actes de l’autre, déterminés par ses propres croyances, sa propre réalité, en fonction de son vécu.

On vous critique, on vous juge, on vous porte aux nues, ce n’est que l’image que l’autre se fait de vous. Ce n’est pas vous.

Selon Don Miguel Ruiz, nous devons sortir de cet égocentrisme qui nous fait croire que tout ce qui arrive autour de nous est LA conséquence de nos actes ou de notre attitude. Ce centrage sur notre personne nous maintient dans l’illusion. Dans la souffrance.

Pour cela, nous devons apprendre à prendre du recul car prendre pour soi ce qui appartient à l’autre déclenche inéluctablement soit de la peur, soit de la colère, soit de la tristesse. Et donc une réaction de défense.
Notre objectif serait donc de prendre conscience que l’autre est responsable de sa parole et de ses actes et qu’ils ne concernent que lui, par rapport à sa réalité à lui. Ainsi donc, souvent en se détachant de ce que pense ou dit l’autre, cela suffit à calmer le jeu.

Ne faites aucune supposition

« Ayez le courage de poser des questions et d’exprimer vos vrais désirs. Communiquez clairement avec les autres pour éviter tristesse, malentendus et drames ».

Nous passons notre vie à supposer, à faire des hypothèses, à interpréter les dires et les actes des autres et le plus triste dans cela est que nous finissons par y croire.

« Notre patron passe à côté de nous sans nous regarder et nous supposons que nous avons fait une erreur, une bourde et qu’il nous en veut ».
Pour Don Miguel Ruiz, la supposition est un poison émotionnel dont nous devons à tout prix nous libérer.

Pour cela, il nous propose d’apprendre à écouter, à entendre les autres et de communiquer afin de mettre les choses à plat, en exprimant ses doutes.

Pour lui, nos suppositions sont des créations de notre pensée et c’est ainsi que nos suppositions, nos « hypothèses »deviennent nos croyances.
Pour exemple, une supposition « mon ami est fâché contre moi », devient une certitude « Je n’aurai pas du dire ce que j’ai dit » qui devient alors une  source d’angoisse et de stress.

Faites toujours de votre mieux

« Votre “mieux” change d’instant en instant. Quelles que soient les circonstances, faites simplement de votre mieux et vous éviterez de vous juger ».

Il s’agit de la suite logique des trois premiers accords.

A trop vouloir en faire, vous n’êtes plus vous-même, dépensez une énergie folle et cela fini par se retourner contre vous.
De la même façon, si vous ne vous impliquez pas suffisamment, vous vous exposez à des émotions telles que la frustration, la culpabilité ou le regret.

Nous devons prendre conscience qu’il n’y a pas de normalité concernant « ce qui est juste pour soi ».
Pour Don Miguel Ruiz, certains jours, faire ce qu’il y a de mieux pour soi, cela peut être de ne RIEN faire, de rester dans son lit.

En aucun cas nous ne devons être parfait. Pour éviter cela nous devons apprendre à être à l’écoute de soi et remplacer les « Je dois faire ceci » par « Je peux faire cela ». Cette approche nous permet de pouvoir avancer dans la vie, atteindre nos objectifs sans aucun jugement, ni de la part de nous même ni de la part des autres.

COMMANDEZ-LE SUR AMAZON.FR

Inscription Newsletter
Recevez gratuitement un extrait de mon livre "Alors...Changeons!"
intitulé: "Les 4 règles qui ont changé ma vie !"

 
Recherches utilisées pour trouver cet article :les 7 accords toltèques

1 réflexion sur « Les 4 Accords Toltèques, une perle à découvrir. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *