Le bonheur est-il contagieux ?

Selon deux chercheurs américains, dans un article publié dans le « British Medical Journal », après plus de vingt années d’études sur ce sujet, le bonheur des gens dépendrait du bonheur de ceux qui les entourent.

 Sans trop y réfléchir, nous savions que certaines émotions sont contagieuses d’une personne à l’autre.

Qui n’a jamais été gagné par le rire en écoutant tout simplement quelqu’un s’esclaffer à côté de lui ?

Qui n’a jamais été attendri d’observer le bonheur de deux personnes chères se retrouvant dans un aéroport ?

Cependant, nous en savions peu jusqu’ici concernant l’impact, sur le long terme, de l’environnement d’une personne sur son bonheur, ainsi que sur le nombre et la proximité des individus « contaminées » par le bonheur d’un tiers.

L’objectif de ces deux chercheurs, le professeur Nicholas Christakis, de la Harvard Medical School et le professeur James Fowler de l’Université de Californie à San Diego, qui ont mené cette étude auprès de presque 5000 personnes de 1983 à 2003, dans une ville du Massachussets, était donc de déterminer si le bonheur pouvait se transmettre, à long terme, d’une personne à l’autre, et plus généralement dans l’ensemble d’un groupe social.

La réponse de ces chercheurs est que « les variations dans le niveau de bonheur d’un individu peuvent se propager par vagues à travers des groupes sociaux et générer  une large structure au sein même d’un réseau, créant ainsi des groupes de gens heureux ou malheureux ».

Bien sûr, la proximité géographique des individus importe aussi bien que la proximité sociale. Pour exemple, la probabilité qu’une personne soit heureuse augmente de 42 % si un ami qui vit à moins de 800 mètres le devient lui-même. Ce chiffre passe à 25 % si l’ami vit à moins de 1,5 km, et il continue de décliner à mesure que l’éloignement croît. Et le bonheur d’un individu peut « irradier » jusqu’à trois degrés de séparation, c’est-à-dire que l’on peut rendre heureux, l’ami de l’ami d’un ami.

« Les gens qui sont entourés par beaucoup de gens heureux (…) ont plus de chance d’être heureux dans le futur. Les statistiques montrent que ces groupes heureux sont bien le résultat de la contagion du bonheur et non seulement d’une tendance de ces individus à se rapprocher d’individus similaires, » nous disent  les chercheurs dans leur compte-rendu.

Les chances de bonheur augmentent de 8 % en cas de cohabitation avec un conjoint heureux, de 14 % si un proche parent heureux vit dans le voisinage, et même de 34 % en cas de voisins joyeux. Ces recherches « sont une raison supplémentaire de concevoir  le bonheur, comme la santé, comme un phénomène collectif » expliquent-ils.

Comme le disent ces chercheurs, le bonheur est si essentiel à l’existence humaine que l’Organisation mondiale de la santé le désigne de plus en plus comme un composant à part entière de l’état de santé. A ce sujet, il existe une « chartre du Bonheur » au sein de la « Ligue Mondiale du droit au Bonheur » travaillant conjointement avec l’O.N.U (Organisation des Nations Unies), cette dernière ayant déclaré le 20 Mars comme journée internationale du Bonheur. (http://www.droitaubonheur.org )

 

Pour en revenir à cette étude conduite sur presque 5 000 personnes, elle montre que le bonheur se propage à travers des réseaux sociaux voisins ou amis selon des schémas bien précis.

Cette étude très sérieuse met donc en avant que notre vieux dicton Français nous disant : « Pour vivre heureux, vivons caché » pourrait se révéler totalement faux (Nous avons là l’exemple typique d’une croyance populaire dont nous avons parlé dans cet article sur les Croyances).

 

La joie serait donc un phénomène collectif qui se répandrait par vagues à travers des réseaux sociaux, comme une émotion contagieuse et transmissible.

 

Après des analyses algorithmiques complexes réalisées par nos deux chercheurs Américains, l’idée de la propagation sociale du bonheur s’est clairement imposée.

Ils ont calculé que :

  • Lorsqu’une personne devient heureuse, un de ses amis vivant à moins d’un kilomètre a 25 % de chance de le devenir à son tour, un de ses frères ou sœurs a 14 % de chance, le voisin sur le même palier a 34 %.
  • Quand l’épouse devient heureuse, celle d’un conjoint a 8 % de chance de l’être à son tour.
  • Lorsqu’une personne rend un ami heureux, l’ami de cet ami aura 10 % de chance de l’être aussi. Plus l’ami est à proximité, plus la contagion est intense.

Il y a pour ma part un aspect fondamental dans ce travail. C’est la notion de responsabilité.

Nous nous devons d’avoir une plus grande responsabilité face à notre propre bonheur puisqu’il affecte les autres. La poursuite du bonheur n’est donc pas un but solitaire. Nous sommes connectés (Vous pouvez relire l’article sur la Loi d’Attraction) et donc, il en est tout autant concernant notre joie et notre Bonheur.

Il est donc prouvé scientifiquement qu’outre le fait que notre bonheur est lié à nos choix de vie (lesquels dépendent de nos pensées passées), il dépend aussi en partie du bonheur de ceux avec qui nous sommes connectés, de nos proches, évidemment… et même bien au-delà ! Notre Bonheur est viral !!!

C’est génial !!! Non ???

Fait plus étonnant, ce bonheur se transmettrait jusqu’à 3 degrés de connaissance ! En étant heureux, on peut ainsi rendre heureux l’ami(e) de l’ami(e) d’un(e) ami(e) !

C’est ainsi que ces scientifiques parlent de « réseau social du bonheur », d’un Bonheur « viral », car cela s’étend donc bien au-delà de nos « proches » !

Le bonheur est donc une donnée personnelle (via nos choix de vie), mais également collective (du fait de cette viralité) car il y a un lien évident de bonheur dans un même groupe de personnes.

Enfin, nous le savons, le Bonheur et la Santé sont très étroitement liés.

Cela sous-entend que cette étude publiée en 2008 pourrait avoir des implications ENORMES sur nos vies, bien au-delà du simple fait d’être « Heureux ».

Le Dr Wyne Dyer lors d’une de ses conférences extraordinaires sur « le Pouvoir de l’intention » (https://www.youtube.com/watch?v=geuQnyqSuUY ), l’explique très bien. Le simple fait d’offrir quelque chose à quelqu’un fait monter les taux de Sérotonine (hormone du bien-être) de la personne qui donne, de la personne qui reçoit, mais aussi … de la personne qui assiste à la scène.

 

Tout comme l’O.N.U prend cela très au sérieux, il en est de même avec l’Organisation mondiale de la Santé qui désigne le bonheur comme étant « une composante à part entière de notre état de santé ».

Il y a donc un très important avantage à être heureux(se), surtout pour notre santé.

C’est pour cette raison que je me suis lancé récemment dans l’écriture de mon second livre intitulé : « Et si nous décidions d’être heureux ! » car pour ma part en tant que thérapeute, il s’agit d’une notion que je ne peux, que je ne veux pas mettre de côté dans cette dynamique du changement.

Ainsi donc, nous ne pouvons ignorer que le niveau de Bonheur de notre entourage joue un rôle sur notre propre niveau, de la même façon que notre propre niveau de bonheur joue un rôle sur celui de notre entourage.

Nous devons donc porter une attention toute particulière à nous rapprocher des gens heureux et à écarter les gens malheureux !

Depuis cette fin d’année de 2012, c’est ce que j’essaye de faire au quotidien en m’éloignant des gens « négatifs », qui ne veulent pas être heureux ou du moins ne font rien pour y arriver, qui se refusent à toute solution qui changerait leurs habitudes et j’essaye de m’entourer de personnes qui partagent la même philosophie de vie que moi, qui sont dans cette recherche de développement personnel… et cela fonctionne relativement bien, ma vie, petit à petit prend une direction différente de celle qu’elle avait avant.

Bien sûr, nous ne pouvons pas maîtriser tout notre « réseau » et les « amis » des « amis » de nos amis, mais si d’ores et déjà nous faisions attention à ce premier niveau, cela serait énorme.

Sachant que j’impacte mon environnement, et avec toutes ces informations, n’est-ce pas notre devoir à tous de faire TOUT pour être heureux et d’éviter par tous les moyens d’être malheureux ?

Ne le devons-nous pas à nos proches ?

Ne devrions-nous pas tout faire pour rendre nos amis, nos voisins et les membres de nos familles heureux en étant nous-même heureux, afin qu’ils puissent nous le rendre à leur tour ?

Si chaque individu au travers de notre planète en prenait conscience et se prêtait au jeu, je suis persuadé que cela aurait un impact colossal sur le monde entier, sur les pays, sur les politiques, sur la paix dans le monde puisque nous sommes tous reliés par ces champs vibratoires émotionnels, que notre bonheur dépend de celui des autres, et que le bonheur des autres agit sur notre niveau de bonheur personnel.

 

« Be the change you want to see in the world »
(« Soit le changement que tu veux voir dans le monde »)
 Gandhi

Alors …
… si nous nous y mettions ?
… si nous changions ?

Inscription Newsletter
Recevez gratuitement un extrait de mon livre "Alors...Changeons!"
intitulé: "Les 4 règles qui ont changé ma vie !"

 
Recherches utilisées pour trouver cet article :le bonheur augmente en celui des autres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *